Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une « matière », une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection « 6 ans » – « iPad » – « anglais ».

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner « 6 ans » – « iPad – anglais » en allant sur « Tous les âges », « Toutes les plateformes » et « Toutes les catégories ».

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. « Dauphin » tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

Lettres féminines ou masculines ?

[Vous l’ignoriez ? Moi aussi ! C’est Raphaël Enthoven qui me l’a appris : Une consonne commençant par une voyelle est féminine : UNE f, une L, mais UN p, UN q …]

Lorsqu’on prononce les lettres « F, L, M, N, H … », si j’écris en presque phonétique cela donne « effe – elle – emme – enne – ache … ». On entend une voyelle devant, n’est ce pas ? Ces lettres-là sont féminines. Ainsi, nous devons dire : UNE f, UNE m, UNE h … etc …
Mais les « G, P, T … – ah ah 😉  » restent masculins : UN G, UN T …
Précisions ci-dessous pour les pointus.

http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/alphabet.html
1) Féminin ou masculin ?
Les noms de voyelles sont autonymiques et autoréférentiels, ils sont tous masculins. Les noms de consonnes connaissent deux usages. Un a, un e, un i, un o, un u, un i grec.

a) Les noms toujours masculins
Ces noms sont ceux des consonnes dont le nom commence par une consonne : b, c, d, g, j, k, q, t, v. Cet usage existe depuis le Moyen Âge. On y ajoute les consonnes à nom complexe : w, y, z. Puis les lettres grecques : alpha, bêta… digamma… wau… Enfin les noms des lettres hébraïques utilisées en phonétique : chwa, yod. C’est le cas de toutes les autres lettres hébraïques en français. En cyrillique des noms complexes sont employés comme en grec, en hébreu bouki pour bé, par exemple.

b) Les noms parfois féminins
Ce sont ceux des consonnes qui commencent par une voyelle lors de l’épellation : f, h, l, m, n, r, s. Un cas particulier, « x », le plus souvent masculin, mais qui a été utilisé au féminin durant le XIXe s. Ces usages peuvent sembler affectés, mais j’aime bien ce côté désuet. L’Académie et Littré donnent le genre féminin pour ces consonnes.Pourquoi est-on passé à la généralisation du masculin dans l’usage courant ? À cause d’une épellation nouvelle et sans grand succès durant le XIXe s. et jusqu’à la moitié du siècle suivant, on a dit : be, ce, de, fe… le, me, ne… re, se… et même kse. Cette prononciation est dite moderne car elle provient de Port-Royal, au XVIIe s. L’autre prononciation, plus ancienne, est médiévale, mais elle a été révisée par Ramus à la Renaissance et on verra que cela ne lui a pas porté chance…

Je note aussi cette épellation croustillante dans les écoles catholiques du Québec : on disait « que » pour la lettre impudique ou sale (« ka » était néanmoins resté). De même, en France, le « q » a été aussi renommé en « qué » dans les écoles bien-pensantes… Certains témoignages laissent penser que deux lettres ont pu être oubliées dans les alphabets scolaires encore au début du XXe s., mais non partout : le k suspect de germanitude, le w qui n’entre vraiment dans les dictionnaires qu’au cours du XIXe s. même s’il entrait dans beaucoup de noms du Nord et de l’Est de la France.

Revenons-en au q. Sa prononciation est due à Ramus qui reprochait les confusions entre ké (c), ké (k) et ké (q). Il a donc révisé le système et a imposé les formes cé, ka comme kappa, qu pour rappeler le rôle de la lettre en latin ou l’orthographe en français, puis esse afin d’éviter la confusion avec c. Malheureusement, le nom de la lettre q sonnait comme une grossièreté et on le lui a dit avec violence. Ramus mourra la nuit de la Saint-Barthélémy assassiné par un grammairien catholique… Nous devons aussi à Ramus le nom des lettres dites ramistes. Le latin et l’ancien français ne faisaient pas de différence entre i (capitale, lettre interne) et j ou i long (minuscule comme lettre initiale, parfois en finale), entre u (minuscule, lettre interne et finale) et v (capitale, lettre initiale). Ramus n’invente pas ces lettres, elles existaient avant lui et c’est Sylvius qui le premier leur attribue une fonction référentielle différente et non plus contextuelle. Toutefois, c’est Ramus qui nomme ces lettres i, ji pour rappeler l’origine en i, i grec et non pas ipsiloncomme en italien ou upsilon comme en grec, u et vé.
c) Les noms issus de lettres
C’est un peu au K par K… On pouvait écrire les lettres sous un nom complet, il en est resté des noms de choses : une esse ou crochet, un ixe ou tabouret, un té. Pour « esse », le genre est en train de changer. Ainsi votre « h » était-il aussi une « hache ». Effe, elle, emme, enne, erre, esse sont des mots qui ont pu s’écrire et qui s’écrivent encore, mais ils semblent surranés.