Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une “matière”, une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection “6 ans” – “iPad” – “anglais”.

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner “6 ans” – “iPad – anglais” en allant sur “Tous les âges”, “Toutes les plateformes” et “Toutes les catégories”.

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. “Dauphin” tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

Keep school : stop à la maltraitance scolaire et autres propositions pour l’école

Harcèlement des élèves par certains professeurs ; humiliations quotidiennes ; violences morales et dénigrement des enfants ; handicaps non pris en charge … Des professeurs voudraient bien faire mais n’y parviennent pas ou plus. Sans parler du manque de solutions pour intégrer le handicap ou certains troubles (dys / TDA/H) des enfants parce que l’école n’est pas équipée, les professeurs non formés ou les troubles bien trop importants pour ne pas perturber la vie de la classe qui doit aussi avancer pour ne pas “perdre” les enfants ne nécessitant pas d’assistance spécialisée.
L’école peut se transformer, pour certains élèves, en sanctuaire de la peur. Ici, je propose des solutions pour aérer l’école.
Faire participer des personnes du 3e âges (valides et disponibles), par exemple.

Il faut ne pas perdre la mission première de l’école, instruire l’élève, avec attention, bienveillance et toujours se poser les bonnes questions lorsqu’on a des élèves entre les mains : ai-je toujours envie d’enseigner ? Ne suis-je pas trop fatiguée ? Pourquoi ai-je réagit comme cela dans cette situation ? Ne suis-je pas allée trop loin ? Pas assez ? Dois-je demander de l’aide à des collègues, au directeur ?

Je me suis demandée mille fois – après coup – si les propos que j’ai pu tenir avaient pu avoir un impact négatif sur certains enfants ? Ai-je représenté une angoisse pour certains ? C’est possible et cela m’angoisse beaucoup. Je ne voudrais pas reproduire certaines choses malvenues, non agréables…

Je pense qu’il serait idéal d’aider les enseignants qui sont à bout par fatigue (il est si difficile d’avoir une classe toute la journée avec des élèves qui peuvent être très compliqués à intéresser, à passionner, à capter…), par lassitude, par envie de faire autre chose de sa vie.


Au sujet de la maltraitance de certains professeurs …

Comment stopper la “maltraitance” de certains professeurs ?

Création d’une agence contre la maltraitance scolaire : Numéro Vert permettant le signalement des pratiques d’un enseignant avec témoins et consensus de parents voire collègues pour appuyer le plaignant. 
Précision : évidemment si cela est récurrent ; pas dans le cas d’un fait unique – qu’il ne faut pas laisser sans suite non plus.
985 réponses ; Bonne idée à 65,1 %
Vos commentaires et suggestions pour :
  • Plutôt une évaluation 360 degrés ; évaluation très régulière et objective de la motivation, des soucis personnel … ;
  • Par une agence complètement indépendante de l’EN
  • Caméras de surveillance dans les salles
  • Travailler avec les délégués des parents d élèves pour faire des signalements
  • Des plaintes répétées de personnes différentes devraient être suffisantes pour alerter : Des cas de maltraitance dans notre école => un enfant a été retiré de l’école, va chez le psy, les autres serrent les dents en attendant la fin de l’année . Il est de notoriété publique que le maître est fou, mais comme il est ‘titulaire’ on ne peut rien faire …
  • Tout est minimisé et classé ou la victime déplacée, les bourreaux ne sont jamais inquiétés
    Dans l’éducation nationale on protège trop les salariés, une sorte de soutien entre collègues. Difficile de passer outre.
  • La limite est le corporatisme très fort dans ce milieu et l’association de parents (FCPE qui ne monte pas au front sur ce sujet)
  • Signaler oui … non pas pour sanctionner le professeur mais pour l’aider à se sortir de son impasse !
  • Il est impossible pour un enseignant de signaler le harcèlement de collègues au sein d’une équipe. Si on n’est pas content c’est à nous de demander à changer. Les parents ont peur que cela devienne pire pour leur enfant et n’osent pas faire de collectifs … Les Atsem aussi devraient pouvoir signaler des abus.
Vos commentaires et suggestions contre :
  • Attention au lynchage, règlement de comptes, fausses accusations, délation …
  • Beaucoup de parents sont démissionnaires dans leur rôle parental, ils risquent alors d’abuser de cette “agence” pour faire pression sur de bons enseignants.
  • Un numéro vert à disposition en interne à l’école mais pas à la disposition des parents (?) => attention, on sait que les équipes se soutiennent parfois au delà du tolérable pour les enfants …
  • Prévoir plutôt un médiateur et des formations sur la bienveillance en continue
  • Des profs un peu sévères pourraient être “salis” par esprit de vengeance de cancres => la notion de “cancre” est éculée ; il faut changer les mentalités ; il n’existe pas de cancres mais des élèves ayant des aptitudes dans différentes matières.

Les questions pertinentes :

  • Quels seraient les moyens d’intervention ensuite ? Quelle suite juridique serait donnée ? Transmission au rectorat, au procureur … ?
  • La maltraitance peut exister et doit être combattue envers tout le monde, pas uniquement dans un sens, sinon il y aura des abus. => REMARQUE TRÈS JUSTE : la maltraitance envers les professeurs existe aussi.
  • Une structure de médiation pour aider les parents dans une éventuelle procédure.
  • Avant de lancer cela, il faut former tout le monde parents y compris. => C’est effectivement la clef. Il faut former tout le quartier, des éducateurs aux parents.
  • Comment recueillir le témoignage d’un autre parent ou d’un témoin quand on ne connait pas ou mal les autres adultes venant récupérer les enfants ? Comment faire pour ne pas devenir la cible des autres parents quand on vit dans une petite localité rurale ?
  • Très difficile de rallier les collègues même lors de faits récurrents et avérés de maltraitance. La garantie de l’anonymat pourrait être une bonne chose.
  • Il faut une formation continue des directeurs et enseignants spécialisés dans ce domaine et dans le domaine de la gestion de la communication et des relations pour deux groupes scolaires et un psychologue du travail dispo pour les équipes.
  • Sensibiliser par des formations la Direction et les Enseignants sur les conséquences de ce type de propos. Définir un interlocuteur référant dans l’établissement. Je pense qu’un contact physique est mieux que téléphonique pour ce type de problème.
  • Faire une campagne de sensibilisation à chaque rentrée ; un affichage à l’école des pratiques interdites car en tant que parents on a du mal a voir quand la limite est dépassée. Créer une charte de la bienveillance avec les bonnes pratiques et une formation pour définir ce qu’est la maltraitance (qui n’est pas que physique).

Si la maltraitance est corroborée puis avérée, des sanctions peuvent être appliquées.

N. B. : on parle ici de maltraitance forte ; un acharnement sur un enfant sans recherche de solutions pour l’aider…

986 réponses ; Bonne idée à 82,5 %

Vos commentaires et suggestions :
  • Proposer une formation ou un suivi psychologique ;
  • Sensibiliser et former les enseignants pour qu’ils développent leur intelligence émotionnelle et changent de posture
  • Une année avec un enseignant tuteur
  • Ressourcement hors du milieu scolaire ou congédiement
  • Arrêter de déplacer les enseignants maltraitants
Les questions et solutions pertinentes :
  • une feuille de notes soumise aux élèves envers leur professeur, évaluant l’intérêt du cours, la disponibilité du professeur, l’autorité…
  • Des sanctions devraient être possibles pour les inspecteurs d’académie qui ne remontent pas les cas, et qui, pire, continuent à protéger des enseignants lamentables.

Les témoignages de faits réels :

  • Harcèlement avéré, l’inspecteur a confirmé mais personne n’a jamais été inquiété d’avoir laissé un enfant se faire démolir psychologiquement
  • Tout ceci est déjà prévu mais jamais appliqué ; Ça existe déjà puisque j’ai souvenir que mon institutrice de CP a été révoquée de l’enseignement…
Vos commentaires et suggestions pour :
Vos commentaires et suggestions contre :

Les questions pertinentes :

 

Vos commentaires et suggestions pour :
Vos commentaires et suggestions contre :

Les questions pertinentes :

 

Vos commentaires et suggestions pour :
Vos commentaires et suggestions contre :

Les questions pertinentes :