Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une « matière », une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection « 6 ans » – « iPad » – « anglais ».

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner « 6 ans » – « iPad – anglais » en allant sur « Tous les âges », « Toutes les plateformes » et « Toutes les catégories ».

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. « Dauphin » tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

Enfants, dessins animés et cookies : les stéréotypes amorçant des effets sur la consommation de nourriture des enfants

 

[C’est bien connu : pour ne pas être trop dodu, coller une affiche d’un modèle qui nous plaît sur le réfrigérateur et le tiroir à sucreries … pour les enfants, arrêtons les personnages de dessins animés king size]
Dodu. J’aime bien ce mot rond, charnu, gourmand … Mais je n’aime pas lorsqu’il s’applique à trop d’enfants et que cela leur posera problème dans leur vie future.
J’en parlais à midi : l’obésité infantile est galopante. Plusieurs causes à cela :

  • la peur de l’extérieur : un rapt d’enfant fait l’angoisse des parents alors que lorsque nous étions petits, nous courions partout sans que les parents sachent vraiment où nous « traînions »
  • la multiplicité des écrans dans les familles tous plus attirants les uns que les autres qui pose l’enfant des heures durant au même emplacement
  • les personnages de dessins animés.

PARDON ? Psssst : Super-Julie fume des substances illicites et elle divague. Que nenni. Je ne fume pas. Mais j’aimerais bien divaguer lorsque je vous parle de cela et pourtant …
C’est une étude sérieuse intitulée : « Kids, Cartoons, and Cookies: Stereotype Priming Effects on Children’s Food Consumption » => Enfants, dessins animés et cookies : les stéréotypes amorçant des effets sur la consommation de nourriture des enfants.
Voici l’article traduit dans la quasi globalité en italique (en gras, mes commentaires persos) :
Aux USA, en 30 ans l’obésité infantile a triplé. Un enfant obèse a toutes les chances de devenir un adulte obèse.
L’un des facteurs influençant l’alimentation des gens – adultes te enfants – est la représentation du corps type qu’il va avoir autour de lui. Plus les gens autour sont dodus, plus un être le sera car ses standards seront ceux-ci.
Parmi les représentations du corps, il y a ses semblables mais aussi ce qui est diffusé sur les écrans consultés.

3 groupes d’enfants. On leur montre 3 types d’images : poids normal ; un obèse et une image neutre (groupe témoin). Le groupe ayant vu l’image de l’obèse a pris plus de deux fois la quantité de sucreries que les autres en sortant (3,8en moyenne vs 1,55 en moyenne pour le groupe témoin et 1,70 pour les enfants ayant vu l’image de la personne standard).

3 groupes d’enfants. Ceux ayant vu un personnage obèse seul prend deux fois plus de sucreries (3,21 en moyenne), ceux ayant vu un obèse ET un personnage standard en prend beaucoup plus aussi (3,29 en moyenne) alors que ceux ayant un personnage standard seul en prend de manière normale (1,77 en moyenne).

Édifiant, non ?

C’est pourquoi Ken Manning, Professeur de Marketing à l’université du Colorado s’est demandé avec ses collègues comment protéger les enfants de ces influences.

Ils se sont demandés comment faire pour qu’ils puissent utiliser leur connaissances acquises sur la nourriture saine pour éviter de manger plus de nourriture « séduisante » – d’aliments gourmands (caloriques) autrement dit – après avoir vu un personnage en surpoids.

Ils ont alors fait un test « cookies » en école élémentaire. Un groupe avait une info « nourriture saine » avant de déguster les cookies et de voir soit personnage taille standard, soit un personnage obèse sur écran tandis qu’un autre groupe l’avait après.

Le 2 e groupe avait le même résultat que lors de la 1 re étude : taux de cookies ingurgité plus important pour ceux voyant le personnage king size (obèse) : 4,2 gâteaux en moyenne vs 3,2 en moyenne pour ceux voyant le personnage taille normale.

Le groupe ayant vu les infos santé AVANT a mangé la même quantité de cookies indépendamment de la grosseur et rondeur du personnage regardé sur l’écran : 2,8 cookies en moy.

Très clairement, le fait que les personnages de fiction ronds influencent le comportement alimentaire des enfants est un message fort pour les parents, les annonceurs, les éducateurs et les politiques publiques mises en place.

Les annonceurs devraient éviter d’utiliser les personnages ronds pour faire de la publicité pour des produits n’étant pas équilibrés nutritionnellement. => Ou PAS ! Les personnages ronds sur des paquets d’aliments beaucoup trop riches montreront aux enfants à quoi ils ressembleront si cette nourriture est ingérée un peu trop fréquemment. Mais cela suppose que l’on ait déjà bien briefé les enfants avant sur le fait que ces personnages-là ne soient pas la norme à suivre.

Autre constat : les enfants sont influencés par les publicités mais aussi par les messages véhiculés de manière non publicitaires, par les parents, les éducateurs, les livres, les dessins animés …

L’enjeu est d’amener l’information sur l’équilibre alimentaire au bon moment du développement de l’enfant mais aussi de faire en sorte qu’il se rappelle l’info au moment opportun.

La conclusion du Professeur de Marketing à la CU Boulder’s Leeds School of Business, Campbell : « Ce serait extra de faire des jeux ou des quiz au sujet de choix d’aliments sains avant un repas pour faire décroître la quantité de nourriture déséquilibrée choisie par les enfants. » => « Et ils sont où ? Et ils sont où ? Et ils sont où les parents, là-dedans ? » Ils ne pourraient pas former un peu leurs enfants ? Ah pardon … Ils sont dans le même dilemme de choix déséquilibré face à la nourriture. Il est urgent d’agir.