Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une « matière », une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection « 6 ans » – « iPad » – « anglais ».

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner « 6 ans » – « iPad – anglais » en allant sur « Tous les âges », « Toutes les plateformes » et « Toutes les catégories ».

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. « Dauphin » tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

De l’importance de faire la lecture aux enfants

Traduction en français de l’article -U. S. News – d’Amy Norton datant du 5 août 2015 démontrant largement le bénéfice de la lecture faite aux enfants car cela déclenche une activité intense dans leur cerveau et ils acquièrent une aisance langagière.

de-limportance-de-faire-la-lecture-aux-enfants-2

Des preuves supplémentaires que faire la lecture aux enfants est une bonne chose

L’imagerie du cerveau montre que faire la lecture aux jeunes enfants aura des bénéfices à long terme.

L’imagerie du cerveau témoigne du fait que les tout-petits auxquels les parents lisent régulièrement des histoires montre plus d’activité dans des zones neuronales clefs.

Les bénéfices sont importants y compris en aisance langagière.
Les spécialistes exhortent les parents à fixer un moment de lecture régulier avec leurs enfants dès la naissance. Il est supposé que cette habitude stimule le développement du jeune cerveau.

Cependant, une publication du 03 août dans le journal Pediatrics, annonçant de nouvelles trouvailles, offre des preuves tangibles à ces suppositions.

« Il est souvent dit que lire construit le cerveau », dit le docteur John Hutton, directeur d’études à l’hôpital des enfants de Cincinnati. « Ça a l’air évident, mais on peut PROUVER que c’est vrai. »

L’équipe d’Hutton a utilisé des scans d’IRM pour mesurer en temps réel l’activité cérébrale de 19 enfants de 3 à 5 ans lorsqu’ils écoutaient des histoires et des sons lus par des tiers.

Les parents étaient interrogés sur les « stimulations cognitives » à la maison, incluant la fréquence des lectures. Selon leurs réponses, la fréquence allait de « 2 soirs par semaine » à « tous les soirs ».

de-limportance-de-faire-la-lecture-aux-enfants-1

Dans l’ensemble, l’équipe d’Hutton trouva que plus les enfants avaient de lectures à la maison, plus l’activité neuronale était dense, au laboratoire, pendant les lectures.

La différence a été remarquée dans une zone du cerveau impliquée dans la fonction communément appelée du « traitement sémantique » – autrement dit « la capacité à construire du sens avec les mots ».
Il y avait un activité particulièrement élevée, constatèrent les chercheurs, dans la zone où les images mentales sont formées en fonction de ce qu’entendent les enfants.

Hutton dit que cette découverte interpelle particulièrement car faire la lecture à un enfant est supposé doper leur imagination.

« Lorsque les enfants écoutent une histoire, ils doivent tout assembler dans leur esprit. » explique Hutton.

Même si un livre est illustré, c’est différent que de voir toute l’action se dérouler à la télévision ou sur une écran d’ordinateur.

Bradon Korman, directeur du service de neuropsychologie à l’hôpital pour enfant Nicklaus de Miami, acquiesce.

Quand un enfant écoute une histoire, plutôt que d’être assis de manière passive face à un écran, le cerveau est beaucoup plus actif, dit Korman, qui n’était pas impliqué dans les recherches.

Mais il met le doigt sur un point auquel l’étude ne peut répondre : « Ces différences « d’activation » (de stimulation) dans le cerveau des tout-petits sont-elles liées à leur alphabétisation plus tard dans l’enfance ? »
[en gros : est ce que ces stimulis liés à la lecture régulière d’histoire va hâter – ou pas – l’apprentissage de la lecture et de l’écriture plus tard ? – NDLR]

« Cela serait la suite logique de cette recherche », dit Korman.
Malgré tout, les découvertes renforcent définitivement l’importance de faire la lecture à un enfant.

En l’état actuel des choses, l’académie américaine de pédiatrie conseille aux parents de faire la lecture tous les jours aux enfants, dès la naissance. Cette phase pré-scolaire est un moment critique du développement du cerveau, dit Hutton.
D’autres recherches ont mis à jour que les enfants avec de faibles capacités de lecture au C.P. ne rattrapaient pas leur retard avec leurs pairs.

Mais y a-t-il une différence entre un bon vieux livre papier et les applications de lecture qu’utilisent nombre d’enfants sur smartphone ou tablette ?
Tous deux, Hutton et Korman, disent qu’il n’est pas évident qu’un appareil peut avoir des effets différents sur les capacités de lecture émergeantes d’un jeune enfant.
Toutefois, ajoute Korman, quelques chercheurs expriment leurs inquiétudes au sujet du temps passé par les jeunes enfants devant les écrans car cela ne favorise pas les interactions humaines qui leur enseignent l’empathie, la résolution de problème et d’autres leçons de vie cruciales.

Cette connexion humaine est une des raisons pour lesquelles il est si important de faire la lecture à son enfant. « Les bénéfices vont plus loin que leur développement cognitif. », dit-il.

Hutton est d’accord avec le fait qu’un temps régulier de lecture permet une interaction essentielle entre les enfants et les parents.

« Ce n’est pas uniquement quelque chose de plaisant à faire avec votre enfant, précise-t-il, c’est important pour leur développement cognitif, social et émotionnel. »

Plus d’infos : https://littoolkit.aap.org/Pages/home.aspx

Par Super-Julie