Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une “matière”, une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection “6 ans” – “iPad” – “anglais”.

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner “6 ans” – “iPad – anglais” en allant sur “Tous les âges”, “Toutes les plateformes” et “Toutes les catégories”.

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. “Dauphin” tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

Comment faire, des enfants, des adultes épanouis ?

L’enfance est regardée avec nostalgie comme un paradis perdu pourtant les enfants n’ont de cesse de grandir et de gagner en indépendance.

Est-ce que les laisser pousser sans tuteur permettrait de préserver leur part d’enfance nécessaire à leur épanouissement d’adulte ?

Assurément pas. Pour qu’ils se préservent, pour qu’ils interagissent avec leur entourage et environnement, dans le respect, ils ont besoin de guide, de garde-fous, de modèle d’humanité pour ne pas agir en bêtes sauvages…

Ce qu’il faut pour préserver cette part d’enfance est le fait d’entretenir cette capacité de jeu en toute circonstance. Le jeu est ce que l’on fait lorsque nous sommes l’esprit libre, dégagé, de toute contrainte pour assurer notre pérennité.

ainsi, pour pouvoir jouer et jouir de l’existence le plus possible, il faut mener les enfants, en les tutorant, à la curiosité intellectuelle, au développement personnel, à la sérénité intérieure.

 

Mais pourquoi garder et cultiver notre part d’enfance une fois l’age adulte, l’autonomie, atteints ?

Parce que notre part d’enfance renferme une simplicité nécessaire à notre bonheur.

L’enfance ne voit pas à long terme ni à longue distance. Son bonheur est ici et maintenant, avec les présents. L’herbe plus verte à l’autre bout de le planète ne l’intéresse pas si les conditions de son bonheur sont remplies ici.

quelles sont-elles, ces conditions de bonheur ?

  • Les personnes présentes avec lui sont VRaIMENT présentes, lui parlent, l’écoutent et interagissent avec lui
  • ces personnes sont heureuses d’être avec lui et aiment rire avec lui
  • il y a de la tendresse et de le douceur dans leurs échanges
  • il y a de la bienveillance: chacun prend soin l’un de l’autre. « Je te prépare un bon repas sain. – Tu me fais un beau dessin. »
  • autour de lui règne le calme et la sérénité
  • il peut exprimer la vitalité de son corps
  • il y a une proximité avec les éléments naturels qui le rendent vraiment heureux et serein

Hors de toute considération du bonheur de l’enfant nous avons :

  • la frime, réservée à ceux qui ne sont pas certains d’être biens donc ils ressentent un besoin d’étaler leur soi-disante plénitude
  • la surabondance, la surconsommation, réservée à ceux qui veulent se déculpabiliser de ne pas apporter aux autres et à eux-mêmes un bien précieux car il ne s’achète pas : le TEMPS
  • le besoin de possession à tout prix, réservé à ceux qui n’ont pas de sécurité affective et compensent par l’accumulation de biens

Ce qui nous quitte en grandissant, alors que cela est une condition à notre bonheur d’enfant et de grand, est le rapport à la nature qui comporte le respect de celle-ci et de ce qui y vit…