Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une “matière”, une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection “6 ans” – “iPad” – “anglais”.

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner “6 ans” – “iPad – anglais” en allant sur “Tous les âges”, “Toutes les plateformes” et “Toutes les catégories”.

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. “Dauphin” tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

Consulter les écrans sans arrêt rend-il idiot ?

[La peur du vide ? Une certaine solitude ?]
On ne parle bien que de ce que l’on connaît bien, ce que l’on a vécu, ce qui nous émeut, nous questionne, nous fait réfléchir…
Ici, il s’agit de savoir si la consultation effrénée de notre smartphone altère notre mémoire, la change, la fait travailler différemment… Ce dernier point est certain mais surtout… cela nous fait-il moins bien réfléchir, moins bien emmagasiner les données, ce qui nous handicapera lors du prochain dîner ?
Si je vous parle de ma pratique du net, des écrans avec les enfants (ou – autre sujet – du comportement des profs envers les enfants)… c’est à travers mon prisme, mon expérience et les questions que je me pose sans arrêt en me demandant : ai-je bien fait ? Était-ce bon pour les autres ou pour moi-même ? Ai-je fait du mal / du bien à quelqu’un etc. etc. etc. C’est sans fin.
Bref.

Là, depuis cette rentrée, je suis à nouveau à 100 % en présence d’enfants et il va sans dire que cela requiert de l’attention de la présence, des regards et des tonnes de bienveillance – comme partout avec tout le monde.

Les professeurs, les personnes dans la rue, les commerçants, les clients etc. qui sont le regard braqué sur leur téléphone – comme je le suis trop souvent à mon goût, mais jamais devant les élèves – me posent question. Observer notre environnement ? Cela ne se fait plus. Il y a plus urgent. Un moment sans réseau ? Nous sommes perdus.

Ma fille me disait : « On peut prendre quelque-chose pour s’occuper dans la rue ? – Pardon ? Que veux-tu dire ? – Je m’ennuie quand je marche dans la rue. »

Je m’ennuie quand je marche dans la rue. Les bras m’en tombaient.