Image Image Image Image Image

Différentes possibilités :

Cibler un âge précis et une plateforme précise, ainsi qu’une matière.

Sélectionner âge et type de plateforme en-haut de la page, ainsi qu’une « matière », une catégorie  dans l’encart.

Important : lorsque vous poursuivrez la navigation, ces choix resteront mémorisés.

Comment-utiliser-SJ-1

Exemple de sélection « 6 ans » – « iPad » – « anglais ».

Comment-utiliser-SJ-2

Pour sortir de cette sélection fine, il faut désélectionner « 6 ans » – « iPad – anglais » en allant sur « Tous les âges », « Toutes les plateformes » et « Toutes les catégories ».

Avec un mot-clef, c’est possible aussi. « Dauphin » tapé dans le moteur de recherche et let’s go !

Comment-utiliser-SJ-3

Les images de la home sont les top applis mises en ligne récemment. Les préférées de Super-Julie.

Scroll to Top

Début

Attentats : comment en parler aux enfants ?

Depuis Charlie, depuis Montauban, depuis … depuis … la liste des attentats tous plus sanglants les uns que les autres s’allonge. Aurais-je pensé devoir aussi souvent aborder ce sujet avec les enfants, dans un pays soi-disant en paix ? Jamais. Ainsi, nous sommes en guerre malgré nous.

Ma position est sans détour : il faut que vous en parliez aux enfants, vous les parents, et les professeurs ÉVIDEMMENT ! Il est pire pour les enfants d’arriver dans la cour de récré en ne sachant pas et en étant confrontés aux interprétations erronées de leurs copains grossissant les traits de manière inconsciente, dans une volonté un peu folle « d’en être ».

Une petite copine de ma fille aînée lui a raconté que son grand-père était décédé au Bataclan et qu’elle avait pris une balle dans la cuisse. Elle a 7 ans et n’est pas autorisée à passer une nuit chez une copine de classe alors aller au Bataclan pour un concert de death metal le vendredi soir …

Les enfants ont vite fait de récupérer l’évènement, d’y ajouter du sensationnel, de se planter dans le décor dans une volonté de se faire passer pour victime, super-héros, … ?

Il faut commencer par définir précisément le vocabulaire avec eux : terroriste / Daesh / attentat / etc … Ces mots peuvent être très obscurs, souvent.

Il va falloir détricoter le faux du vrai. Deux axes possibles, selon moi :

1 – EMPATHIE, mon amour.

C’est LE moment de travailler cela avec eux. Et si j’étais né(e) à leur place, dans leur famille, dans ce contexte, avec ces fréquentations … Aurais-je été meilleur(e) qu’eux ?

On établit sans détour une liste des différences entre la vie présumée des terroristes et la leur ainsi que les éléments pouvant sérieusement les faire dévier du chemin.

  1. Le contexte familial : parents présents / aimants / …
  2. La fratrie : des préférences entre les frères et soeurs / rivalités / oppositions / nombre élevé …
  3. Les origines : étrangères / accueil de la France / intégration …
  4. Le logement : exigüe / proximité / délabrement / conditions sanitaires …
  5. L’éducation : parents maîtrisant le français / aide aux devoirs / enseignant tolérant / ouvert / accueillant / compréhensif / détaché / fermé …
  6. L’environnement : banlieue sordide / barres d’immeubles délabrés / fréquentations peu recommandables / incitations à la prise de substances illicites / haines raciales …

Etc … Etc … Etc … TANT DE FACTEURS AGGRAVANTS …

2 – REPORTER forever

C’est le moment rêvé pour aborder l’actualité et les différents angles sous lesquels l’appréhender.

« Vous, les enfants, qu’avez-vous compris tout d’abord, en entendant les récits des journalistes à la radio, les témoignages des victimes à la télévision ? Quelles images cela a-t-il produit dans vos têtes ? Qu’avez-vous VU à ce moment-là ? »

On debriefe. C’est important pour cerner leur degré d’information. Après cela, on va construire l’info idéale, claire et point trop détaillée niveau « éléments sanglants » mais laissant apparaître clairement le déroulement des faits, … utilisant les infos afférentes à l’évènement en filtrant ce que l’on va leur mettre entre les papattes, n’est ce pas ?

Et pourquoi pas ne pas faire venir un parent journaliste, voire un journaliste que l’on ne connaît pas mais qui sera sensibilisé à l’écoute des enfants et volontaire pour en parler avec eux et lire leur article en le corrigeant ?

Soyons ambitieux pour leur ouvrir les yeux. Mais gardons intacte leur puissance onirique qui les portera dans l’élaboration d’un monde vraiment meilleur.